Critique Une pointe d'insolence 1 de Poison | Chat sexe

"Un soupçon d'insolence", il y a 12 histoires sexy (une en deux parties, une en couleur et l'autre en partie), d'environ quinze à vingt pages chacune.

Pour commencer, ce qui peut déranger: le consentement est souvent passé d’une manière ou d’une autre par l’un des personnages. Rien d’inhabituel quand on lit le hentai, pas le viol lui-même, ou plutôt des débuts rapides et imprévus: le titre français reflète parfaitement l’esprit! Cependant, si vous êtes sensible au fameux "non qui veut dire oui" (ce qui n'existe pas * dans la vie réelle, il est important de le rappeler), même s'il s'agit d'une fiction, vous risquez de frémir au début de plus d'un chapitre.

Cela dit, "Un peu d'insolence" est une collection assez douce, dans laquelle les partenaires sont tellement soucieux de voir plus de plaisir qu'ils reçoivent, et se contenter de voix plutôt désagréables resterait une honte. Ici l'ambiance est plutôt légère, avec des protagonistes parfois sans vergogne (la fille du premier chapitre, la jeune étudiante du second, la coloc truculente du même nom, la campagnarde, les deux fans ces deux très petits voisins féroces), parfois plus timides (le jeune homme du cercle d'amis du troisième chapitre, le garçon de la ville, le salarié). Et la rencontre entre les deux est souvent pleine d'étincelles. Les personnages en question sont variés, de même que les situations, et vous ne semblez jamais lire la même chose deux fois, même dans des histoires avec des antécédents similaires (histoires de belles soeurs).

Car malgré la brièveté des récits, nous avons toujours un léger contexte, avant que les choses ne glissent (qui ne tarde jamais à arriver). Pas de vrai scénario pour ainsi dire, mais assez pour avoir un peu plus que des scènes de cul qui se suivent. C’est un début et une fin et, en général, la vie quotidienne des protagonistes ne sera plus jamais la même après les quelques mauvais moments qu’ils viennent de partager! Les épilogues sont souvent amusantes, parfois inattendues, et elles amènent un sourire sans difficulté!

En bref, en quelques pages, vous pouvez vous concentrer sur certains personnages.

Pour le reste, "Une pointe d'insolence" est un hentai et donc principalement du sexe. À Nekomata Naomi, nous sommes en présence de jambes sauvages dans les airs tout en restant des pratiques assez traditionnelles. C'est dans le cadre que l'on trouve la variété, avec des angles de vue et des positions évitant toute redondance. Le trait de l'auteur est plutôt agréable, avec des visages arrondis et des corps expressifs, même très sinueux (et je ne parle pas seulement de poitrine, généreux dans l'ensemble sans être hors de l'ordinaire, de jeunes femmes, mais de corps réaliste) et de personnages parfois jeunes. parfois plus mature. Nous regrettons tout au plus que les personnages masculins soient nettement en retard sur leurs copines. Attributs collatéraux, même là-bas, rien d'exagéré … nous sentons que nous avons affaire à * un * mangaka! ^^

"Une touche d'insolence" combine à la fois les qualités de "Cheeky & Chubby" et les défauts de "The Sweet Perfume of Desire" précédemment publié par l'éditeur, malgré ses points forts. Moins bon que le premier, mais meilleur que le second, il séduira tous ceux qui ne sont pas fan de gros seins ou qui recherchent un hentai moins extravagant. Un assez bon choix!

Côté édition, Niho Niba nous présente comme à son habitude un très bel objet: huit pages couleur, des croquis sous la veste de satin, une épreuve robuste et un imprimé baveux. Cependant, cette fois, quelques petits coquillages ont été invités à la fête … pas beaucoup, heureusement.

Laisser un commentaire